Album

Justice – Woman [Album]

Quand j’ai vu l’album de Justice, j’étais affolée d’avoir oublié qu’il était sorti, j’ai direct appuyé sur play !

 

justice_woman_album_covrer

L’album a défilé deux, trois fois sans que je lève la tête de ce que j’étais en train de faire.

Merde alors… Est-ce que Justice est devenu fade ? Pour en avoir le cœur net, j’ai chaussé mes deux écouteurs et je me suis plongée dans l’album.

Il ouvre sur Safe and Sound, l’une des previews de l’album. Un morceau Funk bien équilibré avec voix haut perchée, guitare et envolée violonesque épique inclus : du Justice, avec une petite touche 70’s qui donne envie.

Malheureusement, la réflexion que je me suis faite tout au long de l’album n’était pas que Justice avait réussi un revival Disco en 2016. Non, j’ai eu l’impression d’entendre un condensé de trucs que je connaissais déjà chez d’autres, mélangés à encore d’autres trucs que je connaissais déjà chez d’autres… Des mash-ups un peu subtils somme toute, rien d’incroyable.
Alakazam par exemple : le rythme soutenu est interrompu par de longues notes de guitare donnant à l’ensemble un air de collaboration entre Jeff Beck et Dusty Kid – oui oui, c’est très psyché -. Dans Fire, on ouvre sur une ambiance funky digitale à la Daft Punk, puis on bifurque sur un pont à la guitare qui m’a tout de suite fait penser à certains titres des Strokes. Mais le pire est probablement Love S.O.S., construit à la façon d’un hymne EDM estival avec vocal ridicule en prime “LOOOOVE EMERGENCYYYY”. J’ai failli vomir.

Il faut nuancer tout de même, la patte épique et bordélique de Justice transparaît toujours au fil des chansons, et prédomine même sur certains titres. Je pense par exemple à Pleasure, le second titre aux chants ecclésiastiques soutenus par une instru proche de ce à quoi le duo nous a habitué dans ses précédents opus. Il y a aussi Chorus, un titre gonflé et imposant qui porte très bien son nom et puis Heavy Metal, violent, qui nous ramène carrément à l’époque de « Cross ».

Au fond, je ne pense pas que cet album soit complètement dégueulasse. Il est complexe, chargé et bourré de détails et touchera sûrement certaines personnes plus que moi. Mais j’y ai trouvé trop peu d’originalités. Au milieu de toutes ces références, j’ai eu du mal à entendre la touche Justice alors que je n’attendais que ça…dommage.

J’ai été déçue, le serez-vous aussi ? À votre tour de chausser vos écouteurs !